Publications

Depuis plus de 40 ans, la méthode sémiophonique a prouvé toute son efficacité.
D’une part, toutes les études* menées en Europe et aux États-Unis montrent des résultats significatifs et durables.
D’autre part, de nombreux témoignages font état de réelles améliorations au niveau pyschologique et comportemental : déshinibition du patient, plus grande autonomisation, confiance en soi progressivement retrouvée…

1/ Étude comparative du professeur Peter Lloyd et Joanne Nicholson, Université de Manshester. (Télécharger l’article en pdf de cette étude)

La revue Dyslexia Review, du British Dyslexia Institute, a publié les résultats « statistiquement significatifs » d’une étude portant sur 18 jeunes anglais. Les auteurs concluent à une amélioration quantitative et qualitative en lecture et en orthographe, et dans les épreuves portant sur la conscience phonologique. Traduction de l’étude publiée dans orthomagazine – N°48 – octobre 2003.

2/ Étude comparative du Dr Paul Messerschmitt

L’étude a été conduite entre février 1991 et juin 1992 à l’hôpital Trousseau par le Dr. Paul Messerschmitt, pédopsychiatre, médecin-directeur de l’Unité de Psychopathologie de l’Enfant et de l’Adolescent, dans le but de comparer les résultats de cette technique avec les méthodes orthophoniques traditionnelles. L’expérimentation, en aveugle, randomisée, a porté sur deux groupes de 20 enfants des deux sexes âgés de 7 à15 ans, atteints d’une dyslexie développementale de sévérité moyenne : le groupe I a suivi une rééducation sémiophonique, le groupe II une rééducation orthophonique traditionnelle. Les résultats chiffrés avant et après expérimentation (tests psychométriques, cognitifs et linguistiques), démontrent que la rééducation sémiophonique donne de meilleurs résultats qu’une rééducation traditionnelle. Elle est à l’origine d’une nette amélioration des capacités linguistiques et cognitives de l’enfant, dont les progrès psychologiques et affectifs, tant en classe qu’à la maison, ont été remarqués par l’entourage.

3/ Étude statistique du « Reiss Davis Child Study Center » aux USA

Cette étude, réalisée en 1987-1988, a permis de montrer que sur 100 dyslexiques ayant suivi une rééducation sémiophonique (durée 1 à 2 années scolaires), 78 sont débarrassés de ce trouble et 22 sont significativement améliorés.

4/ Étude clinique de l’hôpital Sainte-Anne (1992-1995)

Étude de cas très précise réalisée par 4 orthophonistes sur une période de 2 ans.

Deux types de pathologies ont fait l’objet d’une rééducation par la sémiophonie :

– les dyslexies (dans un service de consultations externes)

– les psychoses (dans un service « Petite Ecole » )

5/ Études cliniques de l’hôpital Maison Blanche, HDJ pour adolescents (1993)

Il s’agit d’une expérimentation sur des adolescents psychotiques et dysphasiques rééduqués par la sémiophonie. Elle vise à étudier les changements qui s’opèrent au niveau de la parole ainsi qu’au niveau comportemental.

6/ Étude menée à Meudon (1994)

12 cas d’adolescents (6ème/5ème) dyslexiques rééduqués par la méthode sémiophonique à raison de 3 séances d’une heure par semaine sur une voire deux années scolaires.

L’objectif : analyser les effets de la méthode sur les troubles de l’orthographe

7/ Étude réalisée en Belgique

40 cas d’enfants et d’adolescents dyslexiques ont été rééduqués en cabinet par 2 orthophonistes et 1 médecin.